Cela fait 5 semaines que nous vivons confinés suite à l’apparition du COVID-19. En cette période de pandémie, il nous a fallu nous adapter et mettre en place des systèmes de fonctionnement, propre à chacun afin de vivre au mieux avec cette situation hors du commun : télétravail, prise en charge des enfants et de leur scolarité, gestion du logement et de sa logistique, conséquence pour les artisans et commerçants...

Il est vrai que lorsque le confinement a été annoncé le 13 mars dernier pour 15 jours, les sentiments ont été mitigés entre la peur, le calcul des pertes pour les commerçants, le chamboulement du quotidien de toute la population.

Après une période « d’adaptation » dirons-nous, à rester un peu au repos, ranger son commerce, à éviter les déplacements et à profiter du quotidien, la réalité à fait son apparition. Le confinement s’est vu prolongé !

Nous avons pu voir apparaitre de plus en plus un sentiment de frustration qui se traduit de différentes manières.

Chez certaines personnes, ce sentiment s’est traduit par ce que l’on pourrait appeler « le syndrome de l’enfant gâté » l’enfant qui fait des pieds et des mans afin d’obtenir ce qu’il veut et n’en profite pas lorsqu’il l’obtient. En effet, ces personnes-ci avaient enfin ce dont elles rêvaient DU TEMPS pour faire ce qu’elles voulaient faire depuis très longtemps et qu’elles mettaient de côté par manque de temps ou de moyen. Hélas comme le nom l’indique cela s’est terminé par le fait qu’elles ne savaient pas par où commencer et a engendré un blocage mental et physique.

Pour d’autres, après avoir fait tout leur possible pour préparer au mieux cette période elles se sont retrouvées sans aucune activité professionnelle et totalement perdue et désœuvrée.

Alors, comment rester motiver dans ses conditions me direz-vous.

Pour commencer, profitez du temps qui est à votre disposition et arrêter de dire « il faut que » ou encore, « je devrais faire ». Ses phrases sont à supprimer de votre vocabulaire, car elles constituent les bases de la procrastination à savoir de tout remettre à plus tard, remplacer-les par « je choisis », « je fais » « je commence » qui sont des éléments de motivation et de satisfaction anticipées. Le rendu est totalement différent si je dis « il faut que je planifie mon travail de la semaine et que je n’y tienne » par rapport à « je planifie mon planning de la semaine et je m’y tiens ». Certaines personnes ont beau critiquer l’agenda, mais il représente à lui seul un élément important de notre base de fonctionnement et nous permet de nous y appuyer quotidiennement sans rien omettre.

Vous avez envie de prendre des cours de cuisine, de sport pour vous remettre en forme, de faire de la couture, pas de soucis, car énormément de professionnels par solidarité ont décidé comme moi de mettre leur compétence au service de tous. Vous pouvez trouver en ligne ou à la télévision des cours déco, cuisine avec des pas à pas, des cours de sport, ou encore des conseils, alors n’hésitez plus et faites-le, trouvez-vous des objectifs et notez-les sur votre agenda et prenez votre vie en main.

Il est vrai néanmoins que cela va être plus facile à mettre en place pour certaines familles que pour d’autres, mais il faut bien commencer quelque part, alors lancez-vous et en cas de besoin demandez conseil à des professionnels qui pourront vous répondre, vous aider et vous soutenir.